Pourquoi escalader les grands monolithes est un sacrilège pour les Aborigènes ?

Publié le : 21 septembre 20214 mins de lecture

En Australie, un monolithe de 350 mètres est devenu un site sacré que les aborigènes défendent d’escalader. Les Australiens l’appellent le rocher d’Uluru, un rocher très imposé à l’horizon. C’est un grand massif de couleur rouge, un gigantesque symbole australien. Beaucoup de touristes veulent pourtant tenter de l’escalader. Il y a différentes possibilités comme faire son tour pendant environ 4 heures ou l’escalader avec enthousiasme.

L’importance de l’Uluru pour les aborigènes

Plusieurs cultures dans le monde protègent les objets sacrés laissés par les ancêtres. C’est le cas pour le rocher sacré d’Uluru en Australie. Pour les aborigènes de l’Australie, le monolithe d’Uluru fait partie des vestiges laissés par les ancêtres des Premiers Hommes. Le monolithe est une réplique vivante possédant un caractère particulier, une chose sacrée toujours respectée par les descendants de ce peuple. Ils considèrent que les esprits de leur ancêtre sont toujours présents dans ces lieux mythiques. Ils accordent une grande importance à cette grande pierre en continuant de la protéger face aux touristes souhaitant la grimper. Si les touristes sont curieux de découvrir ce grand rocher, les Aborigènes de la région les en empêchent en considérant le fait comme offense vis-à-vis de leur culture. 

Une invention d’Ayers Rock par la dépossession des terres

La relation qu’il y avait entre les Australiens blancs et les nomades aborigènes est tournée en désastre lors de la colonisation européenne. Les blancs ont décidé de faire de l’élevage, pourtant cela a perturbé l’entrée des ressources naturelles telles que les points d’eau dont les Anagu en dépendent. Leur seule solution était de massacrer les bétails ainsi que de poursuivre la route par des entretues envers les fermiers blancs. Mais à partir de 1958, le gouvernement a donné l’ordre d’ouvrir les sites d’Uluru et de Kata Tjuta à tous les tourismes qui viendront en Australie. Ce rocher représente un lieu de pèlerinage pour les Australiens des deux côtés. Chaque année, plusieurs visiteurs font le voyage rien que pour admirer ces sites.

La situation compliquée de la gestion et de l’exploitation d’Uluru

Les Anangus ont attendu longtemps avant de reprendre leur terre ancestrale, ceci a eu lieu le 26 Octobre 1985. De telles reprises ne sont pas un cadeau. Les Anangus doivent compenser en donnant à leur tour quelque chose comme contrepartie. Ils sont obligés de donner l’accès pour la visite du fameux rocher par les touristes pendant 50 ans. Cela a dû continuer pendant 99 ans. Actuellement, l’Uluru est transformé en parc national. Au début du contrat, le partage est égal, mais la gestion doit être prise en charge par les Anangus. Ces derniers continuent d’interdire l’escalade du rocher jusqu’à nos jours.

Plan du site